ANOCR47
Assemblée Générale 2016 de l' ANOCR 47
COMPTE RENDU DE L'ASSEMBLEE GENERALE  2016
Pour accéder au CR de l' AG de l' ANOCR47 en 2016, CLIQUEZ sur le lien ci dessous   
Compte-rendu de l'Assemblée Générale 2015 : 
 
Cette assemblée générale s'est tenue le 6 Octobre 2015 en la commune de Sainte-Livrade-sur-Lot, Elle a été organisée avec brio par le Colonel Simounet. 
 
Monsieur le Maire de Sainte-Livrade-sur-Lot, nous a réservé un accueil des plus chaleureux, appréciant notre association pour les valeurs qu'elle porte « encore » aujourd'hui, (Lui-même a présenté « Navale » avant d'être happé vers d'autres horizons professionnels et activités territoriales). 
 
Nous avons eu la joie d'avoir parmi nous le Colonel Gilles Lattes, Président du groupement du Tarn-et-Garonne et son épouse, merci à eux pour leur présence à cette AG. 
 
Nous remercions Madame Bru Présidente le l'association des anciens combattants de s'être déplacée pour nous honorer de sa présence. 
 
A notre arrivée, un café ou thé, des petites miniatures (pains au chocolat, croissants, pains aux raisins) excellentes au demeurant, nous attendaient, gentiment préparés par le Commandant Moureau et son épouse, aidés par quelques bonnes volontés. 
 
Les 25 convives se sont rendus au premier étage de la mairie, où s'est déroulée l'AG. 
 
Ont été excusés : Monsieur le Préfet, et le Commandant de Gendarmerie, occupés par ailleurs. 
L'assemblée a eu une pensée en souvenir des militaires tombés aux combats ou bien atteints dans leur chair. Malheureusement les combats ne sont pas terminés, bien au contraire s'ouvrent actuellement d'autres théâtres d'opérations où les guerres ou guérillas font rage. 
(Nous avons la possibilité de consulter sur le site internet renseigné par le Colonel Patau, les informations récentes sur ces différents sujets d'actualité). 
 
Après les remerciements d'usage, Monsieur le Président Jean-Pierre Duplouy, a déclaré ouverte l'AG. 
 
Le rapport d'activités a été présenté par la secrétaire Marie-José Seguin. 
 
Le Trésorier Michel Seguin a exposé le bilan de l'année 2014/2015 dont quitus lui a été donné par les participants. 
L’année 2014 s’est terminée avec un bénéfice de 262.67 euros. 
L’avoir définitif se monte à 4516 euros au 31 décembre 2014. 
L’effectif cotisant est passé de 62 membres à 54 membres. 
 
L’année 2015, à la date de cette AG note un déficit de 507.91 euros. 
La cause principale de ce déficit a pour raison l’acquisition d’une sono mobile. 
L’avoir provisoire se monte à 4008.53 euros au 07 octobre 2015. 
L’effectif cotisant à ce jour est de 48 membres. 
5 cotisations, relancées par ailleurs, sont attendues. 
 
Monsieur le Président Jean-Pierre Duplouy a clos cette assemblée dans un rapport moral particulièrement intéressant. 
 
Le Président brosse à grands traits les conséquences de l'actualisation de la loi de programmation militaire avec notamment un renforcement des effectifs de l'armée de terre pour atteindre 77 000 hommes, une réorganisation des commandements et la création de commandements spécifiques par exemple en cyber-défenses, en logistique ou en renseignement renforcé. 
Le bulletin de l'ANOCR et le site internet ANOCR.COM traite plus en détail ces dossiers pour ceux qui souhaitent approfondir ce sujet. 
Le Président a aussi fait part de son inquiétude grandissante dans la difficulté à recruter de nouveaux adhérents, malgré les efforts faits (mailing sur les listes données par ANOCR Paris, bouche à oreille, etc...) , Il n'y a pas eu de nouvel adhérent.  
Une suggestion a été faite par le Colonel Perard pour optimiser le recrutement de nouveaux adhérents ; « de faire passer dans la presse de la région, une ou plusieurs annonces, rappelant les activités de l'ANOCR47 et ses buts, éventuellement si la possibilité leur en est donnée, de venir de visu se rendre compte du bien fondé de cette association ». 
Nous constatons bien malgré nous qu'il est difficile de recruter de jeunes adhérents, autant que de plus anciens, ils restent à peu près dans les mêmes dispositions à l'égard des associations en général. 
 
Le Président a souligné les difficultés que l'association rencontre pour trouver des salles de réunions, non facturées ; de plus en plus les Mairies facturent la prestation.  
Nous remercions le Maire de Sainte-Livrade-sur-Lot pour la gratuité des salles mises à notre disposition. 
Une proposition a été faite par le Général Maury ancien Maire de Layrac, pour la possibilité de salle gratuite en Mairie, moyennant une obole pour Le CCAS. 
 
Un vote a été proposé pour remaniement du bureau, arrivé au terme des trois ans ; aucune candidature a été soumise, s'en est suivi la reconduction du Bureau dans son ensemble, selon les statuts de l'association ANOCR pour trois ans. 
 
Le Président nous a soumis une idée de finances par l'ANOCR47 sur des projets associatifs, en regardant vers un règlement intérieur qui collerait au plus près des statuts de l'association parisienne dont nous dépendons. 
Ce sujet sera probablement abordé lors de la prochaine réunion du bureau. 
Le Président nous a informé qu'il faisait partie à leur demande, du conseil des anciens combattants. Mémorial, communication, contact avec les Chefs de Corps, les commandants des Groupements seront ses attributions au sein de l'association. 
Une petite précision a été portée sur l'action mémorielle du 11 Novembre, jour de la commémoration des citoyens morts pour la France, l'ANOCR47 sera représentée ; mais à noter qu'elle ne sera pas représentée aux commémorations du 19 Mars 1962, (Cette commémoration concerne surtout la guerre d'Algérie). 
A la fin du rapport moral le Président a clos l'AG. 
 
A l'heure prévue, nous nous sommes rendus au monument aux morts, sur lequel l'ANOCR 47 a déposé une très belle gerbe, merci au colonel Simounet pour sa participation dans l'élaboration de cette gerbe. 
Nous y avons vécu un moment rare de recueillement, la Marseillaise a été chantée par tous, devant trois drapeaux d'associations d'anciens combattants, et un jeune Maire de Sainte-Livrade-sur-Lot très ému et tout acquis à nos valeurs. 
Un sentiment de fierté nous a envahi lorsque de vieux « chibanis » attablés au bar sur la place se sont levés en respect de notre hymne national, touchés par notre cérémonie. Cet événement est si rare qu'il est bon de le souligner. 
 
Encore troublés par l'intensité de la cérémonie, nous nous sommes rendus à nouveau dans la salle de la Mairie pour y prendre un apéritif (blanc pamplemousse, très agréable en bouche) généreusement préparé par le Colonel Patau (Merci à lui). 
Ce qui nous a conduit, tout naturellement, vers l'auberge de la Feuillade. Et là, visite non guidée pour un des nôtres, jusqu'à Saint Etienne de Fougère, la « voix » du GPS atteinte d'une extinction... qui n'a pu en temps et en lieu dire « tournez à gauche », le répétant à l'infini pour tous les durs d'oreille ou les distraits... ; n'a pas fonctionné ! 
Rien de grave ils nous ont rejoint juste à temps pour démarrer un succulent repas accompagné d' excellents vins, particulièrement le Duras doux, marié très harmonieusement, avec le foie gras.  
Pour le reste, un pur régal, cake et sa sauce vinaigrette maison, un délice, rôti de pintadeau sur un lit de choux frisés, dessert, café, que nous avons partagés dans un grand moment de convivialité. 
Fins prêts et à l'heure pour la visite du CAFI. 
 
Nous accueillaient sur les lieux, un guide, et un ancien d'origine vietnamienne demeurant au CAFI . 
Un petit rappel de l'histoire de ce centre, après les accords de Genève en juillet 1954, une grande partie des ressortissants Français d'Indochine ont dû être rapatriés. La France de l'époque leurs alloue à Sainte-Livrade-sur-Lot, un domaine militaire (ancien centre des poudres), qu'elle réquisitionna à cet effet. Le centre d'accueil des Français d'Indochine (CAFI), existe encore aujourd'hui, et a bénéficié (peut-être un peu tardivement) d'une grande restauration, des bâtiments, des voies d'accès des espaces verts et de diverses autres améliorations de l'habitat. 
Aujourd'hui nous pouvons dire que ce réaménagement a été réussi.  Entre autre la Pagode est magnifique, les lieux sont nets et bien entretenus. 
Nous pouvons dire aussi à décharge de l'état que les Français métropolitains n'étaient pour la plupart guère mieux lotis à cette époque. Tous ne possédaient pas de douche, d'eau sur l'évier ou l'électricité, « la cabane au fond du jardin » pour le confort journalier trônait bien souvent chez beaucoup... le chauffage quand il existait se limitait à un vulgaire poêle à bois...ou à charbon dans lequel on brûlait plus souvent de la lignite que du charbon un peu trop onéreux pour les très petits budgets. 
Il faut rappeler que les Français d'Indochine avaient vécus les horreurs d'une guerre, les souffrances, les privations et la perte d'êtres chers en plus de leur déracinement, mais qu'en était-il des Français métropolitains ? qui eux sortaient d'une guerre mondiale (la seconde) depuis peu et qui avaient subi les mêmes types de souffrances, de restrictions, de privations de toutes sortes etc... 
 
 
 
Heureusement cette époque est révolue, ne perdons pas la mémoire de ce qui s'est passé, mais réjouissons-nous du mieux être actuel. 
Nous pouvons que nous féliciter de ce que tous ces Français d'origine vietnamienne soient aujourd'hui en mesure de vivre dignement dans un cadre agréable, harmonieusement intégrés dans la population locale. 
 
Nous nous sommes quittés en nous promettant de nous revoir bientôt, à l'occasion de la galette de la nouvelle année. 


Compte rendu AG 2014

                                                        26 septembre 2014 à BEAUPUY
                              

25 ans déjà pour l'ANOCR47 créée en 1989 par le Colonel DATCHARY, le Lt-Colonel PEYRARD et le Lt-Colonel VACHE, que de chemin parcouru, puissions-nous en parcourir encore longtemps avec autant de brio.


Avant tout, un grand Merci au Commandant MOUREAU ainsi qu'à Odile son épouse pour l’accueil avec le café et les petites douceurs, bien réconfortants pour ceux qui ont traversé les couches successives de brouillard tout au long du trajet.

L'assemblée générale s'est tenue à la salle des fêtes de BEAUPUY sous la présidence par intérim du Colonel Patau. Le Colonel DUPLOUY Président en titre n'a pu nous honorer de sa présence pour des raisons de santé.

Le Docteur AUGARDE trésorier adjoint a présenté le bilan pour l'année 2013 /2014, L'Ingénieur en Chef des études et techniques d'armement Michel SEGUIN, trésorier en titre, a été retenu à Bordeaux pour raisons  professionnelles. 

Quitus a été donné au trésorier pour la gestion du groupement.

Nous remercions sincèrement le Colonel PATAU et le Docteur AUGARDE pour leur très belle intervention.

Monsieur Pascal LAPERCHE Maire de BEAUPUY, occupé par d'autres activités, a été représenté par le Colonel PATAU son premier adjoint.

Ont été excusé monsieur le sous-préfet ainsi que le Commandant de Gendarmerie, retenus par ailleurs.

Ont été nommé au cours de cette AG, Madame Marie José SEGUIN au poste de secrétaire et Madame Colette PATAU à celui de secrétaire adjointe. Presque la parité !

Cette assemblée générale s'est déroulée en parfaite convivialité, devant 27 adhérents et conjoints. Après une pensée et une minute de silence pour le Général  Le MERCIER et le commandant AVRIL qui nous ont quitté cette année, ainsi que pour les militaires tombés parmi nos Forces en Centre-Afrique, en Afghanistan, au Mali et sur d'autres théâtres d'opérations extérieures, le colonel PATAU dans son rapport moral nous a sensibilisés à certains passages spécifiques du livre blanc de la défense et sur la loi de programmation militaire 2014/2019. La volonté politique, (surtout politique, les représentants militaires ne sont pas réellement conviés par le pouvoir décisionnaire) en faveur d'une déflation importante des effectifs militaires à échéance 2019 est plus qu'inquiétante. De même la volonté de procéder à des coupes sombres du budget de la défense ne peut que nous renforcer dans notre inquiétude. Leur intention première d'intégrer parmi les forces militaires des civils aux postes de décision n'est pas non plus pour nous rassurer. Nous pouvons légitimement nous poser des questions sur le fonctionnement d'une telle arborescence. Les statuts de chacun sont tellement différents et antagonistes que sans être devins nous pouvons d'ores et déjà nous imaginer les « couacs » qui seront parfois suivis de conséquences graves pour ne pas dire dramatiques pour notre pays. Le « dépyramidage » prévu, pour à terme faire entrer des experts civils au niveau cyberdéfense et du soutien aux militaires engagés dans des OPEX et à différents stades clés du bon déroulement des opérations ne peut que nous interpeller dans nos réflexions sur le devenir de notre armée.

Nous ne nous lancerons pas dans une description détaillée des chiffres, le Colonel PATAU avec beaucoup de gentillesse nous postera sur le site internet de l'ANOCR47 tous ces détails. Ils seront alors accessibles par tous les membres. Pour ceux qui ne pourraient pas y accéder pour des raisons diverses, à leur demande nous nous chargerons de leurs faire parvenir les informations sous une autre forme.

Une plate-forme «  GROUPE CARRIER OFFICIER-CAP 2ème CARRIERE (GCO-CAP2C) a été créé par les Associations d’ Ecoles : la Saint Cyrienne, l’Epaulette, AEA (Air), AEN (Mer), à laquelle s'est ralliée l'ANOCR pour aider les officiers dans les prises de contacts institutionnelles et associatives. Un bien pour notre association qui de ce fait, pourra peut-être y trouver un creuset pour de nouveaux adhérents. Il a été proposé par certains adhérents, d'écrire un article reprenant les informations du livre blanc, à faire paraître dans les journaux du Sud-Ouest, dans le but de sensibiliser ou de rappeler notre existence aux Officiers lot et garonnais, en plus d'informer un large public aux difficultés rencontrées aujourd'hui, par notre défense nationale.

Avec un retard négligeable sur l'horaire prévu, une gerbe a été déposée au monument aux morts de BEAUPUY suivi par un apéritif offert chaleureusement par la municipalité. Nous nous sommes retrouvés dans une ambiance amicale au restaurant O’DELICES, cadre très agréable, pour partager un succulent déjeuner :

Profiteroles de figues glacées au foie gras,

Pavé de cerf sauce grand veneur,

Fromages,

Desserts

Vins et Café.

Tout ceci d'excellente prestation pour la modique somme de 25 €.

S'en est suivie une visite à la cave coopérative de BEAUPUY, où nous avons pu goûter avec toute la modération de mise, aux excellents vins issus de non moins excellents cépages que ce soient blancs secs, blancs moelleux, rosés, ou rouges plus ou moins titrés que nous avions pu déjà déguster au restaurant, puisque certains d'entre eux avaient accompagné avec bonheur nos mets.

Avec le plaisir de nous être rencontrés lors de cette AG nous nous sommes promis de nous retrouver très vite avec plus grand plaisir encore.

                                                                                                          _______________________

                                                                                         RAPPORT MORAL AG 2014 
                                                                                                                            (Extraits) 
 
Depuis l’Assemblée générale de 2013, de nombreux évènements ont agité notre pays et le monde. Nous aurons tout d’abord une pensée pour ceux qui nous ont quittés et en particulier pour ceux qui sont tombés ou ont été atteints dans leur chair au cours d’opérations menées au service de la France en AFGHANISTAN et tout dernièrement au MALI et en RCA où la paix n’est toujours pas rétablie. 
Les années 2013 et 2014 ont été intenses et essentiellement dominé par la sortie du Livre Blanc et la LPM 2014-2019 (loi de programmation militaire) et un budget de la Défense très contraint dans un climat politique économique et social qui pèse sur l’ensemble de la politique gouvernementale. 
Je tiens à vous présenter quelques extraits du Livre Blanc :  
La mise en oeuvre de la déflation prévue par le Livre blanc entre 2014 et 2019 
La diminution nette des effectifs du ministère résultera de la combinaison de deux décisions : 
• 23 500 emplois seront supprimés en raison des objectifs à la fois opérationnels et de gestion fixés dans 
le Livre blanc. 
• 10 175 emplois restent à supprimer au titre de la précédente réforme. 
Le total des déflations sur la période s’élèvera donc à 33 675 emplois, à raison d’environ 7 500 par an dans les premières années. 
Les effectifs du ministère de la Défense (missions « Défense » et « Anciens combattants, mémoire et liens avec la Nation ») atteindront ainsi 242 279 personnels en 2019. 
 
Une évolution des effectifs guidée par les priorités du Livre blanc 
La répartition des postes à supprimer sera guidée par trois priorités : 
• préserver les forces opérationnelles : à ce titre, seulement un tiers de la nouvelle déflation (8 000 postes sur 23 500) portera sur les forces de combat ; les deux tiers restant porteront sur le soutien, les structures organiques, les états-majors, l’environnement et l’administration du ministère ; 
• maîtriser de manière durable la masse salariale, ce qui se traduira en particulier par : 
- un effort de dépyramidage, visant à réduire le pourcentage d’officiers dans la population à statut 
Militaire de 16,75 % à 16 % en fin de programmation. La diminution sur le périmètre d’ensemble du 
ministère sera de l’ordre de 5 800 postes d’officiers ; 
- une réforme de la gouvernance, sous l’autorité fonctionnelle du directeur des ressources humaines, 
visant à confier aux gestionnaires les responsabilités des dépenses de personnel. 
• amorcer un rééquilibrage des effectifs au profit du personnel civil, en cohérence avec les besoins croissants en experts dans différents domaines (par exemple au titre du renseignement ou de la cyberdéfense). 
Ceci conduira à limiter les effets de la déflation des effectifs du ministère pour le personnel civil. 
 
Le budget de la défense est sanctuarisé, les ressources de la LPM marquent un effort financier global 
 
Malgré un contexte budgétaire marqué par l’impératif de redressement des finances publiques, le Président de la République a décidé de maintenir le budget de la défense à son niveau actuel durant trois ans, celui-ci augmentant en deuxième période, afin de donner à la France les moyens de mettre en oeuvre le modèle d’armées qu’il a retenu dans le Livre blanc et qui est adapté à notre situation stratégique à l’horizon 2025. 
Entre 2014 et 2019, la Nation consacrera ainsi 190 Mds€ courants à sa défense. Pour atteindre cet objectif, 
le budget de la défense sera d’abord stabilisé à son niveau de 2013 jusqu’en 2016, soit à 31,4 Mds€, avant 
d’ être conforté puis légèrement augmenté en euros constants à partir de 2017. 6,1 Mds€ de ressources exceptionnelles s’ajoutent aux 183,9 Mds€ de crédits budgétaires sur la période. Le rapport annexé au Projet de loi précise le cadencement de ces ressources par annuités ; pour la première fois, il fournit l’origine détaillée des ressources exceptionnelles. 
Cet effort de la Nation pour sa défense s’accompagne d’une poursuite de l’effort considérable entrepris 
par le ministère de la Défense pour contribuer au rétablissement des comptes publics. Ce mouvement  
s’appuiera notamment sur une diminution totale de 34 000 postes sur les cinq ans à venir, portant à 82 000 le nombre d’emplois supprimés dans la défense entre 2008 et 2019. Un point de situation sera effectué en 2015 pour garantir la sincérité de la trajectoire retenue. 
Pour autant les missions des Armées n’ont cessé de croître sans moyens supplémentaires. 
Depuis la chute du mur de Berlin, les nations occidentales n’ont pas cessé de désarmer à qui mieux mieux dans une sorte de surenchère confortée par les difficultés économiques d’un monde désorganisé.  
Tout en diminuant leurs effectifs les forces armées françaises sont engagées mois après mois dans les opérations les plus diverses depuis 2001 : contre-insurrection en Afghanistan, guerre aéromaritime en Libye, guerre aéroterrestre en zone désertique au Mali, restauration de l’ordre en république centrafricaine, contre-terrorisme en Somalie, contribution à la sécurité intérieure en métropole ou en Guyane, formation des armées locales au titre de l’assistance militaire opérationnelle en Somalie, en Afghanistan et au Mali, guerre maritime contre la piraterie. La situation s’est encore aggravée tout récemment, avec les désordres en Ukraine suivis de l’annexion de la Crimée, sans oublier l’Etat Islamique sans foi ni loi qui nous oblige à intervenir en Irak pour l’instant. 
Ces missions les plus diverses, survenant dans des conditions naturellement imprévues ont- elles été bénéfiques à la transformation ou ce changement n’est- il que le résultat d’un choix budgétaire ?  


Ci-dessous une carte faisant état de l’engagement des forces françaises en OPEX ETE 2014  .  

 
  

Total : 8675 militaires en OPEX et (6800 au titre de la souveraineté)


Ce sont là beaucoup d’événements qui ont impliqué les armées dans un laps de temps très court et comme à leur habitude elles ont fait montre de professionnalisme et ont répondu de la meilleure des façons. 

L’actualité et tous ses rebondissements devraient amener nos responsables à quelque niveau qu’ils soient, sans tenir compte de l’appartenance politique, à réfléchir et à faire pression pour une augmentation des moyens et du budget consacré à la Défense. 
La Défense au bord de la rupture 
Celle-ci se trouve dans un état de fragilité et de paupérisation que seules la débrouille du système « D » et une certaine fierté des militaires arrivent encore à masquer aux yeux des Français. Pourtant les auditions et les rapports des commissions parlementaires de la Défense sont clairs et mériteraient d’être mieux connus des Français; or, leur contenu est malheureusement trop rarement diffusé par les médias. 
50% des matériels indisponibles, des équipements majeurs de 30 à 50 ans d’âge, leur remplacement étant réalisé au compte-gouttes, un niveau d’entraînement en-dessous des normes de l’OTAN, des effectifs  
insuffisants pour conduire les missions confiées dans de vastes zones d’intervention et assurer des relèves régulières, sans user nos forces de manière accélérée, telles sont quelques-unes des faiblesses de notre armée. 
Les opérations extérieures, souvent longues et complexes, demandent beaucoup de personnels et des moyens diversifiés et en quantité suffisante pour nos armées .Il faut compter entre 5 et 10 ans de plus que la date prévue pour la mise en service des nouveaux matériels. Par exemple au rythme actuel des livraisons prévu par la loi de programmation militaire de l’hélicoptère de transport NH 90 (29 sur 6 ans), nous aurons encore en 2025 des hélicoptères de transport Puma qui auront plus de 50 ans ! 

Le malaise qui touche nos armées est du à: 
• une succession de restrictions budgétaires à court terme juste pour faire face aux besoins des engagements actuels, mais dont les conséquences pour les engagements de nos forces à moyen et long termes ne paraissent pas avoir été prises en considération ; 
• de nouvelles mesures d’organisation qui touchent la structure hiérarchique et l’unité de commandement, sont susceptibles d’avoir un jour des retombées lourdes de conséquence pour la partie opérationnelle (affaire Louvois). 
• L’occupation de postes importants du ministère par des civils, qui peut conduire à l’absence des militaires pour certaines prises de décision concernant la Défense, ce qui parait être une aberration en tenant à l’ écart ceux qui ont la connaissance et l’expérience. 
A cela s’ajoute : 
• le flou qui entoure les finalités de défense, notamment depuis la réorganisation de 1996. 
• le manque de corrélation explicite entre les risques et les menaces envisageables et les moyens leur correspondant. Ceci est argumenté par le dernier Livre blanc qui considère la menace terroriste comme « majeure et persistante », mais néglige de définir les organisations et de préciser les moyens nécessaires pour y faire face avec l’efficacité voulue. 
La dégradation de la politique de défense et l’absence de réactions des politiques, doit conduire les responsables militaires, les associations et les institutions à engager un dialogue avec les élus, les responsables politiques pour présenter des propositions productives et cohérentes qui devraient permettre de prendre conscience de la gravité de la situation et d’y apporter des remèdes. Nous ne pouvons plus rester passifs. 

Maintenir l’efficacité opérationnelle. 
Le président de la République, a énoncé les rôles respectifs du personnel civil et du personnel militaire lors de son dernier discours à l’IHEDN : « le militaire pour les fonctions opérationnelles, le civil pour le soutien ». Les dysfonctionnements constatés dans la montée en puissance des Bases de Défense ont montré que cette séparation, qui remet en cause l’unité de commandement - précepte fondamental de l’efficacité opérationnelle des Armées - pouvait avoir de lourdes conséquences sur la confiance du militaire dans le soutien qu’il est en droit d’attendre de son institution. L’efficacité opérationnelle des Armées saura-t-elle se maintenir dans de telles conditions alors que les budgets sont de plus en plus restreints ? 
 
 Pour ce qui concerne la déflation des effectifs militaires, l’Etat prévoit 
Des mesures d’accompagnement ambitieuses 

La réalisation des objectifs de déflation, de dépyramidage et de maîtrise de la masse salariale, est conditionnée par la mise en oeuvre effective de mesures d’aide au départ. Elles concernent le personnel civil comme le personnel militaire et portent sur : 
• le renforcement de la reconversion, pour les personnels militaires ; 
• des mesures financières d’incitation au départ, intéressant environ 1 500 militaires et 400 civils par an, et d’incitation à la mobilité ; 
• les reclassements dans les fonctions publiques, avec un potentiel supérieur à 2 100 par an pour le personnel militaire ; 
• les mesures spécifiques au personnel militaire concernent : 
- la promotion fonctionnelle, qui permettra de promouvoir certains militaires dont les capacités et les compétences leur permettent d’occuper de nouvelles responsabilités mais pas d’envisager une évolution continue sur le long terme. En contrepartie de la promotion accordée, ces militaires s’engageront à quitter le service après quelques années dans ces fonctions de niveau supérieur ; 
- la pension afférente au grade supérieur, qui pourra être octroyée à des officiers ou des sous-officiers quittant le service plus de cinq avant leur limite d’âge ; 
- un dispositif de pécules d’incitation au départ ; 
- la rénovation du dispositif actuel de disponibilité. 
 
En complément et en cohérence avec le dispositif de reconversion du ministère de la Défense, mis en œuvre par LE PLAN DEFENSE MOBILITE pour accompagner les officiers, les ASSOCIATIONS d’ ECOLES,  
La Saint Cyrienne, l’AEA, l’AEN, l’Epaulette auxquelles s’est jointe l’ANOCR ont créé une plate-forme d’accueil interactive , baptisée GROUPE CARRIERE OFFICIER – CAP 2ème Carrière (GCO-CAP2C.) 
Cette plate-forme est en totale synergie interarmées pour aider les officiers dans les prises de contact institutionnelles et associatives. Celle-ci pourra permettre aux officiers de mieux connaitre l’ANOCR et devenir peut être un creuset de futurs adhérents. 
 
La communauté des 552.000 retraités militaires ressent aussi le besoin de soutenir l’effort des 226.500 militaires en activité afin de développer dans la Nation l’esprit de défense qui doit offrir, en cas de crise, la meilleure garantie possible d’aptitude à résister aux circonstances. 
Pour compter sur ces retraités militaires motivés, dévoués et décidés, il faut aussi les considérer à leur juste valeur et éviter de leur faire porter un poids trop lourd, à eux qui n’ont jamais protesté et à qui on ne demande jamais leur avis .Il est souhaitable que le développement de l’Esprit de Défense soit placé au cœur de la formation de chaque citoyen. La condition militaire compte tenu de sa répercussion sur les personnels, constitue bien un enjeu stratégique, particulièrement en période de déflation et lorsque in fine l’armée comptera encore moins de personnels militaires : c’est l’objet de la démarche et de la volonté du Ministre qui semble-t-il s’y attache. il faut considérer les associations représentant les retraités militaires comme des partenaires légitimes et représentatifs, afin que toute décision les concernant, fassent l’objet d’une information obligatoire et de négociations, dans un cadre législatif redéfini. Aussi in fine, il est nécessaire que le cadre de fonctionnement de la gouvernance des retraités militaires soit profondément revu et cette évolution qui nous parait inéluctable doit être accompagnée, en positionnant nos associations comme de véritables partenaires responsables et mesurés : le dernier statut des militaires a fait disparaître le chapitre consacré à ceux-ci. C’est, d’une façon injuste, faire disparaitre de l’horizon de la Défense plus de 522.000 personnes ; ceci constitue un déni de reconnaissance qui a profondément touché la communauté des retraités militaires de tout grade en supprimant ainsi un marqueur fort de l’ascenseur social. Il serait important de corriger cette erreur vis-à-vis de personnels qui continuent à s’investir encore largement dans la Défense et sur lesquels la Défense aura besoin de s’appuyer en cas de crises et pourra puiser de nombreux spécialistes.  
Nos demandes doivent être prises en considération en urgence afin que l'on ne nous dise pas qu'il est trop tard. Personne parmi nous ne le comprendrait. 
 
Mais le point qui nous concerne également est celui des retraites qui seront à l'ordre du jour de nombreuses négociations. Les retraités militaires ne sont conviés à aucune de ces rencontres, ne sont partie prenante d'aucune négociation et cela n'est pas normal, et cela doit changer. A priori les retraites militaires n’ont pas fait l’objet d’études particulières pour l’instant ? 
Revalorisées le 1er avril 2013 de 1,3 % mais aussitôt ponctionnées de 0,3% au titre de la CASA (Contribution Additionnelle de Solidarité pour l’Autonomie). La revalorisation des retraites est reportée au 1er octobre 2015. La majoration des pensions de 10% pour avoir élevé 3 enfants et plus est fiscalisé cette mesure a touché de nombreuses de militaires 
Comme vous le voyez, nombreux sont les sujets d'inquiétude, mais l’ANOCR ne reste pas inactive et continuera de se battre afin que nous soyons mieux reconnus et considérés malgré les grosses difficultés rencontrées pour être reçus par la présidente de la Commission Défense de l’Assemblée Nationale, il faut rester vigilants sur la manière dont les pouvoirs publics considèrent les associations représentant les militaires retraités. 
Dans les groupements départementaux, il faut faire remonter vers l’ANOCR les sentiments des adhérents déçus et parfois même écoeurés il faut alerter les pouvoirs publics et nos élus individuellement. 
Notre association, malgré ses valeurs : convivialité, entraide, cohésion connait une érosion de ses effectifs pour lequel il est difficile de se résoudre. Il ne faut pas baisser les bras, il y a beaucoup de questions de défis il faut y faire face, il faut nous engager personnellement par la voix, l’écrit et l’action auprès des élus. 
Il faut de la détermination ….et nous n’en manquons pas. 
Nota : certains propos ont été recueillis dans le Bulletin de l’ANOCR. 

QUELQUES  DONNEES ET CHIFFRES

                                                                                          BARKHANE 
Opération Barkhane
 
 



Faisant suite à l’opération SERVAL l’opération BARKHANE lancée le 1er août, 2014   
est une opération conduite par les armées françaises 4000 militaires y participent.  
Elle repose sur une approche stratégique fondée sur une logique de partenariat avec  
les principaux pays de la bande sahélo-saharienne (BSS) : Mauritanie, Mali, Niger, 
Tchad et Burkina-Faso. Regroupés depuis le mois de février 2014 au sein d’un cadre  
Institutionnel. Le ministre de la Défense a estimé récemment que compte tenu de la situation  
en Lybie, cette opération pourrait se poursuivre vers la frontière Lybienne. 
In mémoriam : 9 morts à déplorer au Mali. 



                                           Afghanistan                                                                                                   

Le dispositif français pour l'Afghanistan 
Le dispositif militaire français actuellement déployé dans le cadre des opérations en Afghanistan et au Tadjikistan est armé par environ 250 militaires qui participent à l’engagement de la France à la mission de l’ISAF jusqu’à la fin de l’année 2014.  
MISSIONS- Aider les écoles de formation des forces armées afghanes  
Assurer le commandement de l’aéroport de Kaboul 
In mémoriam : 89 morts. 


                                                                                                 Centrafrique
Opération Sangaris
                                                                                                     





L
e 5 décembre 2013, le Président de la République a annoncé sa décision de renforcer le dispositif militaire français en Centrafrique afin d’éviter une catastrophe humanitaire dans le pays.  
Sous mandat de l’ONU cette force composée de 600 militaires français actuellement pourrait monter à 1200 dans les prochains mois et de forces africaines (MINUSCA).  
Objectif : rétablir la sécurité en Centre Afrique, éviter une catastrophe humanitaire. Sur les 600 militaires français 240 font partie du détachement BOALI pour la sécurisation de ressortissants français et la sécurisation de l’aéroport de M’POKO. 
In mémoriam : 3 militaires tués. 

                                                                                           Côte d'Ivoire


                                               
Les forces françaises en Côte d'Ivoire 
 La force Licorne forte de 900 militaires est déployée en Côte d’Ivoire depuis septembre 2002. Engagée pour assurer la sécurité des ressortissants français elle assure des missions de soutien à l’ONUCI (opération 
des Nations Unies en Côte d’ Ivoire)
 

                                      Lutte contre la piraterie 
Opération EU NAVFOR Somalie / Atalante 
 L'Union européenne mène depuis le 8 décembre 2008 une opération militaire pour contribuer à la dissuasion, à la prévention et à la répression des actes de piraterie et de brigandage au large des côtes de la Somalie. 

                                                                                                                         Liban

La contribution française à la FINUL
                                                                                                                     
 
La contribution française à la FINUL Présente depuis 1978 au Liban, la France est l’un des principaux pays contributeurs de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (FINUL), avec près de 900 soldats. Les militaires français au Liban sont déployés dans le cadre de l’opération Daman, nom de la participation française à la FINUL 

                                                                                                                          TCHAD

                                                                                                           
Le dispositif EPERVIER avec 1000 militaires engagés est toujours d’actualité avec l’objectif de maintenir l’intégrité du territoire tchadien et de faire face aux menaces en provenance du Soudan.  


 

                                                                                                                    LIBYE

Libye : évacuation de ressortissants
 
Le 27 juillet 2014, compte-tenu de la situation en Libye, le gouvernement français a demandé à l’ensemble de ses ressortissants de quitter ce pays. Dans le même temps, il a demandé au chef d’état-major des armées, le général d’armée Pierre de Villiers, de planifier et de conduire une opération visant à permettre aux ressortissants français encore présents sur zone, ainsi qu’à d’autres ressortissants,  de pouvoir quitter le pays en sécurité. 


                                                                                          IRAK

  Il s’agit de la quatrième opération de transport de fret humanitaire à destination de l’aéroport international d’Erbil. Trois rotations ont déjà été réalisées les 10, 13 et 21 août 2014. Avec cette nouvelle livraison effectuée par un Airbus A310 de l’escadron de transport 3/60 Esterel, ce sont quelque 70 tonnes d’aide humanitaire livrées au Kurdistan irakien.


Frappe françaises sur des bases logistiques de l’Etat Islamique Le 19 septembre 



                                                             LA DEFENSE EN 2020





                                                      














LES FORCES EN 2020